Aphrophore du pin

Aphrophore du pin - Adulte
  • Nom latin : Aphrophora cribrata (Wlk)
  • Nom anglais : Pine spittlebug
  • Ordre : Homoptera
  • Famille : Cercopidae
Description

Distribution

Est du Canada

Insecte commun dans toute l’aire d’extension du pin blanc en Ontario.

Micro-habitat(s)

Tronc, Rameau

Dommages, symptômes et biologie

Les dégâts causés par l’aphrophore du pin constituent un grave problème, notamment dans les jeunes plantations de pins blancs. Les nombreuses piqûres faites par ce ravageur le long des rameaux et des branches peuvent entraîner le brunissement des aiguilles des extrémités et provoquer la mort de rameaux et de branches. Deux ou trois années d’infestation très grave peuvent entraîner la mort complète de l’arbre. L’aphrophore du pin peut s’attaquer à des arbres de tous âges et tailles. Lorsque les populations sont abondantes, il peut causer un rabougrissement important et une forte mortalité, en particulier chez le pin sylvestre.

Les adultes ont le corps ovale-allongé et mesurent de 8 à 11 mm de longueur. Ils sont de couleur havane à brun rougeâtre foncé, avec deux étroites bandes obliques claires habituellement bordées de bandes plus foncées sur les ailes.

Au printemps, les jeunes nymphes percent l’écorce du rameau pour sucer la sève, se fabriquant un abri avec des masses d’écume qu’elles produisent. Les adultes continuent de s’alimenter en juillet et en août. Les femelles déposent leurs œufs en juillet et en août dans le tissu ligneux mort ou immédiatement sous l’écorce des rameaux. Dans la portion septentrionale de son aire de répartition, l’aphrophore du pin hiberne au stade d’œuf. Les larves apparaissent en mai et se nourrissent sur les rameaux, cachées sous un amas d’écume. En vieillissant, elles doivent se déplacer pour se nourrir, sécrétant chaque fois un nouvel amas d’écume. À l’approche de l’âge adulte, elles se rassemblent souvent sur le tronc de l’hôte, plusieurs individus se partageant un même amas d’écume, puis gagnent le feuillage pour se transformer en adulte. L’aphrophore du pin a une génération par année.

En juillet et août, les adultes déposent leurs œufs sur l’écorce de l’extrémité des rameaux Les œufs y passent l’hiver pour éclore en mai de l’année suivante. De mai à juillet, les nymphes se déplacement périodiquement le long de la branche en direction de la tige principale. Elles parviennent au terme de leur développement en juillet et ont alors atteint le tronc où elles se rassemblent et s’alimentent à l’abri de grosses masses d’écume. Après la transformation des nymphes en adultes, les masses d’écume se dessèchent rapidement et les lésions causées par l’alimentation sont souvent colonisées par l’agent responsable de la fumagine. Les adultes continuent de s’alimenter en juillet et en août.

L’aphrophore du pin est souvent vecteur d’un champignon connu sous le nom de Diplodia pini. Ce champignon envahit l’arbre par les trous pratiqués par l’insecte pour se nourrir et affaiblit l’arbre. De fait, la plupart des lésions entraînant le flétrissement qui sont attribuées à l’aphrophore du pin sont en réalité causées par ce champignon et non par son vecteur. Les lésions causées par l’alimentation de l’aphrophore du pin procurent aussi une porte d’entrée à l’agent de la fumagine, autre maladie susceptible de causer le flétrissement des aiguilles et, à la longue, la mort de l’extrémité du rameau infesté.

Autres informations

Un champignon infectant les larves contribue à tenir les populations de l’insecte en échec. L’action conjuguée de ce champignon et des températures élevées communément observées durant la période de vie larvaire peut réduire considérablement les effectifs du ravageur.

Publications du Service canadien des forêts

Aphrophore du pin

Régime et comportement alimentaire

  • Succivore : Qui se nourrit de la sève des végétaux.
    • Piqueur-suceur : Qui ne se nourrit pas des tissus, mais aspire les sucs des plantes par un appareil buccal spécialisé, ce qui occasionne des déformations aux plantes et peut causer la mort des parties affectées.
Informations sur les hôtes

Le pin blanc, le pin gris, le pin sylvestre et le pin rigide sont les hôtes de prédilection de ce ravageur qui s’attaque également à l’épinette, au sapin baumier, au mélèze et à la pruche.

Hôte(s) principal(aux)

Épinette, Épinette blanche, épinette blanche de l'Ouest, épinette bleue, Épinette d'Engelmann, épinette de Norvège, Épinette de Sitka, épinette du Colorado, Épinette noire, Épinette rouge, mélèze, mélèze d'Europe, mélèze de l'Ouest, mélèze de Sibérie, mélèze du Japon, mélèze laricin, mélèze subalpin, pin blanc, pin gris, pin rigide, pin sylvestre, pruche, pruche de l'Ouest, pruche du Canada, pruche subalpine, sapin baumier

Photos
  • Aphrophore du pin Nymphe
  • Aphrophore du pin Adulte
  • Aphrophore du pin Adulte
  • Aphrophore du pin Gros plan de l'écume sur le tronc
  • Aphrophore du pin Écume sur le rameau sécrétée par le Cercope
  • Aphrophore du pin Nymphe et écume sécrété sur le rameau par le Cercope
  • Aphrophore du pin Écume sur les branches et les rameaux sécrétée par le Cercope
  • Aphrophore du pin Écume sur les troncs et les rameaux sécrétée par le Cercope
  • Aphrophore du pin Jeune nymphe sur rameau
  • Aphrophore du pin Ecume blanche sur le rameau
Date de modification :