Bupreste doré

  • Nom latin : Buprestis aurulenta Linnaeus
  • Nom anglais : Golden buprestid
  • Ordre : Coleoptera
  • Famille : Buprestidae
Description

Distribution

Colombie-Britannique

Le bupreste doré est indigène dans l’ouest de l’Amérique du Nord. Il s’y rencontre depuis le centre de la Colombie-Britannique jusque dans le sud de la Californie.

Micro-habitat(s)

Bois d'oeuvre, Tronc, Aiguille

Dommages, symptômes et biologie

Les larves infligent des dommages de gravité diverse, selon les caractéristiques du fil du bois dans lequel elles forent leurs galeries et le nombre et la densité de ces galeries. Les dommages structuraux ou les pertes de bois sont rarement importants, sauf en présence de conditions particulières, par exemple lorsque les galeries larvaires sont nombreuses et rapprochées les unes des autres et forées dans un bois à grain grossier. Les galeries larvaires sont généralement observées dans le bois de charpente, les lames à parquet ou les châssis, mais généralement, les dommages sont légers et se limitent à des dommages superficiels associés aux trous d’émergence. Les trous peuvent être forés dans les pièces de bois infestées ou les boiseries adjacentes. À moins que les trous d’émergence ne soient exposés aux intempéries, il n’y a pas lieu de craindre une détérioration additionnelle.

La détection des sciages infestés avant leur utilisation en construction est souvent difficile, car les galeries aplaties forées par les jeunes larves sont petites (0,5 à 1,0 mm de largeur). Dans le bois de charpente, les larves trahissent parfois leur présence par les sons qu’elles émettent en grugeant le bois. La présence de larves ou de leurs galeries est parfois décelée lorsqu’une galerie affleure la surface du bois ou crée une légère dépression dans le bois.

Les femelles déposent leurs œufs dans des arbres mourants ou morts depuis peu ou dans des grumes non séchées. Les arbres dont l’écorce a été abîmée par le feu, la foudre ou la machinerie forestière sont particulièrement vulnérables. Le bois de sciage non séché comportant des parcelles d’écorce peut également être attaqué. À la fin du printemps ou en été, les femelles recherchent des endroits propices où déposer leurs œufs tout contre le bois, comme dans les anfractuosités et les cicatrices dans l’écorce. Les œufs sont déposés individuellement ou en masses et sont entourés d’une sécrétion adhésive. L’éclosion survient peu de temps après la ponte.

Immédiatement après l’éclosion, les larves s’enfoncent dans le bois, habituellement à 1 ou 2 cm sous la surface de l’aubier, et entreprennent leur activité de forage. La largeur des galeries varie en fonction de la taille des larves. Les galeries s’étendent parfois jusque dans le bois de cœur. Elles sont ovales ou aplaties en coupe transversale et densément encombrées d’un mélange de fines sciures de forage et de déjections de couleur pâle. En s’alimentant, les larves tracent de fines entailles sur les parois de leurs galeries.

À la fin de l’été, une fois leur développement achevé, les larves se transforment en nymphe à l’extrémité de leur galerie. Les adultes émergent en automne, mais ils demeurent dans leur galerie jusqu’au printemps suivant. En nature, la vie larvaire dure entre 2 et 4 ans. Au printemps, les adultes émergent de l’hôte en grugeant un trou ovale dans l’écorce. Ils se nourrissent pendant un certain temps de feuillage du Douglas taxifolié jusqu’à ce qu’ils atteignent leur maturité sexuelle et s’accouplent, mais ils ne causent pas de défoliation perceptible. Lorsque le bois infesté est soumis à un séchage et exposé à des conditions de faible humidité, comme c’est le cas pour le bois de charpente, le cycle biologique du bupreste doré peut être considérablement perturbé. Dans de telles conditions, la vie larvaire peut se prolonger sur une soixantaine d’années et les adultes peuvent émerger du bois à n’importe quel moment de l’année.

Autres informations

Le bupreste doré est un insecte perceur du bois commun dans les forêts de conifères de la Colombie-Britannique. Sa mauvaise réputation tient principalement aux dommages qu’il inflige au bois mis en œuvre, en particulier dans les immeubles, en forant des galeries dans le bois de charpente ou les planches et des trous d’émergence dans les surfaces finies. Bien qu’il soit commun dans une bonne partie de la Colombie-Britannique, le bupreste doré est rarement suffisamment abondant pour causer des dommages importants. En moyenne, entre un et cinq buprestes dorés émergent d’une nouvelle habitation. Il est rare que cinq buprestes ou plus émergent d’une même planche ou d’une même pièce de bois.

Publications du Service canadien des forêts

Bupreste doré

Régime et comportement alimentaire

  • Phyllophage : Qui se nourrit du tissu de la feuille des végétaux.
    • Perceur : Qui perce et se nourrit en creusant dans les parties ligneuses et non ligneuses des plantes.
  • Xylophage : Qui se nourrit de tissus ligneux (de bois).
    • Perceur : Qui perce et se nourrit en creusant dans les parties ligneuses et non ligneuses des plantes.
Informations sur les hôtes

Hôte(s) principal(aux)

Douglas bleu, pin tordu latifolié, pruche de l'Ouest

Hôte(s) secondaire(s)

Douglas vert, pin ponderosa, thuya géant

Date de modification :