Pyrale des cônes de l'épinette

Pyrale des cônes de l'épinette -
  • Nom latin : Dioryctria reniculelloides Mutuura and Munroe
  • Nom anglais : Spruce coneworm
  • Ordre : Lepidoptera
  • Famille : Pyralidae
  • Synonyme(s) : Dioryctria reniculella (Mutuura & Munroe)
Description

Distribution

Partout au Canada

Micro-habitat(s)

Aiguille, Fleur mâle, Cône, Bourgeon

Dommages, symptômes et biologie

Des cônes endommagés avec des fèces (déjections) mêlées à de la soie sont des indices qui permettent de détecter la présence de la pyrale des cônes de l’épinette. Des aiguilles rougies et des fèces mêlées à de la soie entre les aiguilles près des bourgeons sont aussi des signes d’activité de la pyrale.

La larve est avant tout un ravageur des cônes. Elle s’alimente également sur le feuillage lorsque les cônes sont peu abondants. Au printemps, les jeunes larves minent d’abord une ou deux vieilles aiguilles avant de pénétrer à l’intérieur des bourgeons ou des cônes.

Elle se nourrit à l’occasion de pollen (sur les fleurs mâles), principalement sur l’épinette blanche. La pyrale peut aussi se nourrir de larves phyllophages, comme la tordeuse des bourgeons de l’épinette, lorsqu’elle est en compétition pour la nourriture, surtout si le feuillage se fait rare.

Les cônes sont parfois complètement endommagés. Une défoliation sévère entraîne une perte de croissance, un affaiblissement de l’arbre et une plus grande vulnérabilité aux éventuelles attaques d’autres insectes.

La pyrale possède une génération par année. Peu de temps après avoir émergé, les adultes pondent leurs œufs un peu partout dans la cime de l’arbre. Dès l’éclosion, les larves pénètrent dans les cônes et s’y développent en partie avant d’entrer en hibernation. Lorsque la ponte a lieu tard en saison, la jeune larve peut passer l’hiver dans un abri de soie et pénètre dans le cône seulement au printemps suivant.

Cycle biologique (à l'est des Rocheuses)

Cycle biologique (à l'est des Rocheuses)
Stade/Mois J F M A M J J A S O N D
Oeuf
 
Larve
 
Pupe
 
Adulte
 

Autres informations

Souvent associée à la tordeuse des bourgeons de l’épinette, la pyrale des cônes de l’épinette est un insecte indigène qui a été signalé pour la première fois en 1937 au Canada et presqu’à tous les ans depuis cette date. Les populations de la pyrale des cônes augmentent généralement lors d’années de forte production de cônes sur les arbres.

Pour diminuer la population larvaire sur les arbres d’ornement, il suffit de cueillir et d’incinérer les cônes pendant que l’insecte est encore à l’intérieur, soit en automne ou en hiver.

Publications du Service canadien des forêts

Pyrale des cônes de l'épinette

Régime et comportement alimentaire

  • Hétéroconophage : Qui attaque les graines et les cônes à l'occasion, mais qui vit et se nourrit généralement des tiges et des aiguilles.
    • Perceur : Qui perce et se nourrit en creusant dans les parties ligneuses et non ligneuses des plantes.
  • Phyllophage : Qui se nourrit du tissu de la feuille des végétaux.
    • Tisseuse : Qui tisse un abri avec des fils de soie pour se cacher ou se nourrir.
  • Pollinivore : Qui se nourrit de pollen.
    • Tisseuse : Qui tisse un abri avec des fils de soie pour se cacher ou se nourrir.
Informations sur les hôtes

Hôte(s) principal(aux)

Épinette blanche, Épinette noire, Épinette rouge, sapin baumier

Photos
  • Pyrale des cônes de l'épinette Adulte, les ailes étalées (envergure, 25 mm)
  • Pyrale des cônes de l'épinette Jeune chenille dans une pousse d'épinette
  • Pyrale des cônes de l'épinette Cônes et pousses d'épinette blanche attaqués
  • Pyrale des cônes de l'épinette Larve se nourrrissant d'un cône en formation
  • Pyrale des cônes de l'épinette Chenille âgée sur un rameau d'épinette (longueur, 19 mm)
  • Pyrale des cônes de l'épinette
  • Pyrale des cônes de l'épinette
  • Pyrale des cônes de l'épinette
  • Pyrale des cônes de l'épinette Quelques épinettes blanches défoliées en partie par la tordeuse des bourgeons de l'épinette et en partie par la pyrale des cônes de l'épinette
  • Pyrale des cônes de l'épinette Dégât moyen causé par la larve dans un cône
  • Pyrale des cônes de l'épinette Chrysalide (longueur, 10 mm)
Date de modification :