Puceron de l'épinette de Sitka

Puceron de l'épinette de Sitka - Larve
  • Nom latin : Adelges cooleyi (Gillette)
  • Nom anglais : Cooley spruce gall adelgid
  • Ordre : Homoptera
  • Famille : Adelgidae
Description

Distribution

Partout au Canada

Le puceron de l’épinette de Sitka est largement réparti au Canada, mais il est plus abondant dans l’ouest du pays.

Micro-habitat(s)

Aiguille

Dommages, symptômes et biologie

Les dommages deviennent manifestes à la fin de mai, avec la formation de galles coniques à l’extrémité des nouvelles pousses. Ces galles, renflements d’environ 5 cm de longueur, contiennent des centaines de pucerons qui sucent la sève de l’hôte. Elles sont vertes au début, mais elles virent progressivement au violet rougeâtre et se dessèchent. Les vieilles galles vides, de couleur brun rougeâtre, ont des ouvertures en forme de bouche et des projections spiniformes rabougries.

La présence du puceron de l’épinette de Sitka est également révélée par l’apparition au printemps et en été de petites taches cotonneuses blanches sur les arbres infestés. Les arbres gravement infestés peuvent être entièrement recouverts de ces petites masses floconneuses blanches, qui sont produites par les femelles pour couvrir et protéger leurs œufs. Les pucerons se nourrissent aussi sur les aiguilles pendant une portion de leur cycle de vie. Ainsi vidées de leur sève, les aiguilles se dessèchent et finissent par tomber. Les dommages sont principalement cosmétiques. Les vieilles galles restent sur les branches pendant deux à trois ans et confèrent aux arbres un aspect peu esthétique. Lorsqu’elles sont très nombreuses, elles peuvent compromettre la croissance et la vigueur des arbres, mais elles entraînent rarement la mort de l’hôte. Chez l’épinette, les dommages se limitent généralement à l’apparition de galles coniques peu esthétiques à l’extrémité des nouvelles pousses. Chez le douglas, le ravageur cause la décoloration et la distorsion du nouveau feuillage et peut donc avoir une incidence économique.

Le douglas est un hôte alterne du puceron de l’épinette de Sitka, mais sa présence n’est pas essentielle à la prolifération du ravageur. Les taches cotonneuses blanches sont également bien visibles sur le douglas. Le jaunissement du feuillage, qui peut conduire à la chute prématurée des aiguilles; est également un signe d’infestation évident. Le puceron ne forme cependant pas de galles sur le douglas.

La plupart des pucerons sont de petits insectes grégaires au corps mou, piriforme, de couleur verte, jaune ou noire ou incolore. Leurs longues pattes grêles permettent des déplacements lents. La plupart des espèces possèdent des cornicules, appendices pairs tubulaires, tronqués ou en forme de pore situés sur la portion dorsopostérieure du corps. Les adultes peuvent être aptères ou posséder deux paires d’ailes transparentes et délicates.

Le cycle vital complet du puceron de l’épinette de Sitka, qui peut inclure une alternance de générations entre le douglas et une espèce d’épinette, est étalé sur une période de deux ans. L’insecte peut toutefois survivre sur un seul de ces deux hôtes en l’absence de l’autre. Le cycle vital complet débute en été, avec la migration des femelles ailées du douglas à l’épinette. Ces femelles se reproduisent sans s’être accouplées (reproduction parthénogénétique) et pondent des œufs qui donneront naissance à des petits pucerons aptères des deux sexes. Une fois matures, ceux-ci s’accouplent, et les femelles déposent leurs œufs sur l’épinette. Les larves issues de ces œufs se nourrissent sur les aiguilles de l’épinette et, l’automne venu, migrent vers l’extrémité des tiges, juste sous les bourgeons, pour hiberner sur la face inférieure des aiguilles. Au printemps suivant, elles terminent leur développement sur le douglas, avant de migrer sur l’épinette pour amorcer un nouveau cycle vital. Le printemps suivant, les larves achèvent leur développement, et chaque femelle parthénogénétique pond environ 200 œufs. Les larves issues de ces œufs migrent vers les nouvelles pousses pour se nourrir, causant la formation de galles. Au début de la deuxième année, en été, des femelles parthénogénétiques ailées émergent des galles et s’envolent à la recherche d’un douglas pour y déposer leurs œufs.

Autres informations

Le puceron de l’épinette de Sitka a très peu d’ennemis naturels. Il peut donc être nécessaire d’intervenir lorsque les populations du ravageur sont élevées.

Le puceron de l’épinette de Sitka cause habituellement des dommages appréciables seulement lorsque ses populations sont élevées. La croissance des populations peut cependant être rapide et imprévisible, et les infestations sont difficiles à prévoir dans les pépinières. La présence de fourmis et de guêpes est un bon indicateur d’infestation. Les guêpes se nourrissent du miellat sécrété par les pucerons et des pucerons eux-mêmes, et elles parviennent souvent à tenir en échec les petites populations. Il est toutefois pratiquement impossible d’exclure complètement les pucerons d’une pépinière, car ceux-ci y sont souvent transportés par le vent. Pour toutes ces raisons, il est préférable d’attendre que la présence de pucerons soit confirmée avant d’appliquer des savons insecticides ou des insecticides. Le risque d’infestation par le puceron de l’épinette de Sitka et la gravité des infestations peuvent être réduits en éliminant les épinettes dans les haies brise-vent ou dans les secteurs périphériques de la pépinière adjacents aux planches de semis de douglas

Publications du Service canadien des forêts

Puceron de l'épinette de Sitka

Régime et comportement alimentaire

  • Succivore : Qui se nourrit de la sève des végétaux.
    • Piqueur-suceur : Qui ne se nourrit pas des tissus, mais aspire les sucs des plantes par un appareil buccal spécialisé, ce qui occasionne des déformations aux plantes et peut causer la mort des parties affectées.
Informations sur les hôtes

Le puceron de l’épinette de Sitka infeste diverses espèces d’épinettes à l’échelle du Canada, mais il est plus abondant dans l’ouest du pays. Dans les provinces des Prairies, ses hôtes de prédilection sont l’épinette blanche, l’épinette d’Engelmann et l’épinette du Colorado. Le douglas peut également être attaqué s’il pousse parmi des épinettes. Le ravageur attaque indifféremment les arbres ornementaux, les sujets plantés en rideaux-abris et les arbres poussant dans des peuplements forestiers

Hôte(s) principal(aux)

Douglas vert, Épinette blanche, Épinette d'Engelmann, épinette du Colorado

Photos
  • Puceron de l'épinette de Sitka Nymphe
  • Puceron de l'épinette de Sitka Œuf déposé dans la subsstance laineuse sécrétée par la femelle
  • Puceron de l'épinette de Sitka Larve
  • Puceron de l'épinette de Sitka Dommage
  • Puceron de l'épinette de Sitka
  • Puceron de l'épinette de Sitka
  • Puceron de l'épinette de Sitka Pousses d'épinette porteuses de galles
Date de modification :