Sélection de la langue

Recherche


Scolyte du frêne de l'Ouest

  • Nom latin : Hylesinus californicus [Swaine]
  • Nom anglais : Western ash bark beetle
  • Ordre : Coleoptera
  • Famille : Scolytidae
Description

Distribution

Ouest du Canada

Le scolyte du frêne de l'Ouest exerce ses activités à travers la moitié occidentale de l'Amérique du Nord, du Manitoba à la Colombie Britannique, et au sud, du Texas à Chihuahua au Mexique. II s'en prend principalement aux frênes dans son aire d'extension. Au Canada, cette espèce d'insecte a été recensée seulement dans la moitié méridionale des provinces des Prairies, mais elle peut être présente partout où l'on trouve du frêne.

Micro-habitat(s)

Écorce, Phloème

Dommages, symptômes et biologie

Les dommages causés par le scolyte du frêne de l'Ouest sont habituellement confinés aux branches affaiblies ou endommagées des couronnes, mais au début d'une épidémie, ces scolytes peuvent aussi attaquer les troncs des sujets tant petits que gros, la plupart du temps affaiblis. Les nouvelles infestations de scolytes deviennent visibles du milieu à la fin de mai. C'est à ce moment que les scolytes adultes creusent à travers l'écorce dans la couche du phloème où ils construisent des galeries pour les œufs, sous forme de tunnels horizontaux mesurant 3 mm de diamètre et de 3 à 8 cm de longueur, dans les quels ils se reproduisent. Les arbres aux prises avec une infestation peuvent être identifiés par la présence de petits trous (environ 2 mm de diamètre) dans l'écorce, spécialement dans les fentes et les crevasses, et par des accumulations de poussière résultant du creusage sous les sites attaqués. Un écoulement copieux de sève, ou « exsudation », de ces blessures est également visible du sol sur les arbres petits à moyennement grands. Des jumelles peuvent être requises pour pouvoir observer les symptômes dans les couronnes des grands arbres adultes. Plus tard,la présence de galeries transversales pour les œufs est indiquée par une écorce creuse, souvent craquelée et décolorée (rougeâtre), et par une rangée de trous de ventilation d'environ 2 à 3 mm de diamètre, séparés par une distance de 8 à 10 mm, le long de chacune des galeries. Les feuilles des branches annelées par la construction de galeries pour les œufs commencent à jaunir à partir de la fin de juin ou au début de juillet. Durant la construction des chambres d'hivernation à la base des troncs en septembre et octobre, la poussière issue du perçage fait par les scolytes adultes s'accumule au sol à la base des arbres infestés.

Le scolyte est, règle générale, présent en petits nombre et il colonise de façon typique seulement du matériel hôte endommagé ou récemment mort tel que les branches endommagées par le vent, la neige ou la glace. Cependant, si une grande quantité de matériel hôte vulnérable (c'est-à-dire affaibli ou mort) est créée par une tempête de vent ou de glace ou par une sécheresse, les populations peuvent atteindre des niveaux de début d'épidémie. Sous ces conditions, les scolytes peuvent causer la mort d'un nombre considérable de branches, résultant en une perte de valeur commerciale et esthétique, et en la mort possible de l'arbre.

Les scolytes adultes sont robustes, ovales, mesurent de 2 à 3 mm de longueur et ont une couleur bigarrée de blanc et de brun. Ils hivernent dans des chambres spéciales construites dans l'écorce dans les 15 cm inférieurs des fûts de frêne. Ils émergent des sites d'hivernation de la mi-avril à mai et volent ou grimpent à partir des fûts jusqu'aux couverts. Là, ils creusent à travers l'écorce pour se nourrir, s'accoupler et se reproduire dans la couche de phloème des branches. Chaque femelle construit une galerie transversale pour les oeufs dans le phloème et elle pond ses œufs dans de petites poches des deux côtés de la galerie. Après l'éclosion en mai, les larves se nourrissent dans le phloème jusqu'au début de juillet, dans une direction perpendiculaire à celle de la galerie. Les larves à maturité sont dépourvues de pattes et mesurent 4 mm de longueur, avec un corps blanc et une tête brune; elles deviennent chrysalides à la mi-juillet. Le développement adulte est complété à la fin de juillet ou en août lorsque les nouveaux adultes émergent de leurs galeries, se relocalisent dans les parties non infestées des branches (normalement dans une fourche), entrent dans la couche de phloème et se nourrissent pendant plusieurs semaines. De la mi-septembre au début novembre, les adultes cessent de se nourrir, émergent de l'écorce et migrent en marchant, tombant ou volant à la base des frênes où ils hivernent.

Autres informations

Les populations de scolyte du frêne de l'Ouest augmentent dans du matériel hôte affaibli ou récemment mort; ainsi, l'élimination de ce matériel est une mesure préventive importante. L'arrosage régulier et la fertilisation des arbres, spécialement durant les périodes de sécheresse, aideront à maintenir la santé de l'arbre et amélioreront leur capacité de résister aux attaques des ravageurs. L'élagage régulier des branches mortes, affaiblies et entrecroisées éliminera les sites potentiels de reproduction pour ces scolytes. Tous les arbres et les branches infestés devraient être enlevés avant avril et on devrait s'en débarrasser en les brûlant ou en les enterrant; le déchiquetage peut ne pas détruire toute la couvée. L'observation de l'augmentation des populations de scolytes suivant l'affaiblissement généralisé du frêne après une sécheresse ou une tempête de vent ou de glace peut aider dans la détection précoce des secteurs à problèmes. Les très vieux frênes sont spécialement vulnérables aux attaques de ces scolytes et ils peuvent servir de points focaux pour les débuts d'épidémies, qui s'étendent ensuite aux arbres en santé. L'enlèvement des vieux arbres affaiblis devrait être envisagé.

Publications du Service canadien des forêts

Scolyte du frêne de l'Ouest

Régime et comportement alimentaire

  • Phloèmophage : Qui se nourrit des tissus du phloème.
    • Perceur : Qui perce et se nourrit en creusant dans les parties ligneuses et non ligneuses des plantes.
Informations sur les hôtes

Principalement les frênes. Dans les Prairies, toutes les espèces de frêne sont vulnérables, mais le frêne vert est le plus communément attaqué.

Hôte(s) principal(aux)

Clavalier d’Amérique, frêne, frêne blanc, frêne bleu, frêne commun, frêne de l'Oregon, frêne noir, frêne pubescent, frêne rouge, frêne vert, sorbier, sorbier d'Amérique, sorbier décoratif, sorbier de Sitka, sorbier des oiseleurs

Détails de la page

Date de modification :