Tache noire des racines

  • Nom latin : Grosmannia wageneri (Goheen & F.W. Cobb) Zipfel, Z.W. Beer & M.J. Wingf.
  • Nom anglais : Black stain root disease
  • Division : Ascomycota
  • Classe : Ophiostomatales
  • Synonyme(s) : Leptographium wageneri (Kendrick) M.J. Wingfield,
    Ophiostoma wageneri (Goheen & F.W. Cobb) T.C. Harr. 1987,
    Verticicladiella wageneri (Kendrick)
Description

Micro-habitat(s)

Distribution

Amérique du Nord

La tache noire des racines a été signalée pour la première fois en Colombie-Britannique en 1976, et des foyers d’infection ont depuis été relevés dans de nombreux endroits dans les forêts de l’intérieur méridional et de la côte.

Dommages, symptômes et biologie

Dans l’intérieur de la province, jusqu’à 50 % des arbres de peuplements de 60-110 ans de pins tordus latifoliés ont été tués; les infections sont moins répandues dans les peuplements de douglas et d’épinettes. Sur la côte, la maladie a été observée le plus souvent dans de jeunes peuplements (15-30 ans) de douglas, bien qu’elle ait également provoqué la mort d’arbres de 60 ans; elle infecte rarement la pruche de l’Ouest. Chez les arbres infectés par le L. wageneri, les symptômes des houppiers sont difficiles à distinguer de ceux causés par d’autres maladies des racines. Une réduction de la croissance de la flèche et des branches survient en général rapidement et s’accompagne d’une décoloration et d’un éclaircissement du feuillage. La mortalité survient dans des foyers « centraux » d’infection semblables à ceux causés par d’autres maladies des racines. En règle générale, lorsque les symptômes du houppier deviennent évidents, une coloration brun-violet à noir peut être observée sur les racines latérales principales et à la base de la tige. La coloration prend la forme de longues stries effilées à l’intérieur de la tige; vue en coupe transversale, elle forme d’étroites bandes parallèles aux cernes du bois initial. L’aubier coloré peut être imprégné de résine.

Autres informations

La tache noire est une flétrissure vasculaire. Le champignon qui en est à l’origine se développe dans les trachéides des racines infectées et bloque la circulation de l’eau. Une fois le collet atteint, il colonise les racines saines et peut se propager dans le tronc jusqu’à une hauteur de trois mètres ou plus. Il se dissémine localement par greffes racinaires et par infection des radicelles. Sa dissémination sur de grandes distances a été attribuée à des insectes rhizophages. Des scolytes secondaires, comme des espèces des genres Ips et Pseudohylesinus, peuvent être attirés vers les arbres infectés par la tache noire des racines. De plus, le champignon peut être transmis par des scolytes rhizophages à des arbres déjà affaiblis par le Phellinus weirii et l’Armillaria ostoyae. Chez les arbres morts, des champignons du bleuissement ou de pourritures de l’aubier peuvent masquer la coloration brun-violet à noire. Le bleuissement apparaîtra sous forme de chevrons plutôt que de bandes parallèles aux cernes annuels. Il faut examiner la partie inférieure du fût et les racines de plusieurs arbres dont le houppier présente des symptômes afin de déterminer la cause du problème dans un foyer d’infection. L’Atropellis piniphila provoque également une coloration noire, mais est présent dans les chancres des tiges plutôt que dans les racines.

Caractères microscopiques microscopiques : Conidiophores dressés, de couleur foncée, à ramifications pénicillées dans leur portion supérieure; conidies hyalines, obovoïdes, elliptiques ou claviformes, à base habituellement tronquée, 2-8 x 1,7-3.8 µm, réunies en une masse mucilagineuse blanche devenant plus foncée avec l’âge.

Publications du Service canadien des forêts

Tache noire des racines

Informations sur les hôtes

En Colombie-Britannique, le Leptographium wageneri a été signalé chez le douglas taxifolié, le pin tordu latifolié, le pin argenté, l’épinette d’Engelmann, l’épinette blanche et la pruche de l’Ouest. Dans d’autres régions de l’Amérique du Nord, il a également été découvert chez la pruche subalpine, le pin ponderosa, le sapin grandissime et le sapin argenté. En Colombie-Britannique, on reconnaît deux variétés du champignon, selon l’hôte auquel elles sont associées : le Leptographium wageneri var ponderosum, chez les pins et les épinettes, et le Leptographium wageneri var pseudotsugae, chez le douglas taxifolié.

Hôte(s) principal(aux)

Douglas bleu, Épinette blanche, Épinette d'Engelmann, pin argenté, pin ponderosa, pin tordu latifolié, pruche de l'Ouest, pruche subalpine, sapin argenté, sapin grandissime

Date de modification :