Puceron de l’épinette

Puceron de l’épinette -
  • Nom latin : Elatobium abietinum (Walker)
  • Nom anglais : Green spruce aphid; spruce aphid
  • Ordre : Homoptera
  • Famille : Aphididae
Description

Distribution

Québec, Colombie-Britannique

Le puceron de l’épinette est un ravageur des épinettes dans les régions côtières de la Colombie-Britannique. Il y est apparemment indigène, mais sa présence n’y a été signalée pour la première fois qu’en 1916. Le ravageur était toutefois connu en Europe depuis 1846.

Micro-habitat(s)

Aiguille

Dommages, symptômes et biologie

Le puceron de l’épinette préfère les vieilles aiguilles et n’attaque habituellement pas les nouvelles pousses. La plupart des individus se tiennent sur la face inférieure des aiguilles et sont habituellement concentrés dans la portion inférieure (ombragée) de la cime. Toutefois, le ravageur infeste souvent les flèches et la portion supérieure de la cime. L’apparition de taches jaunes sur les aiguilles est le premier signe de dommages causés par l’alimentation du ravageur en hiver et au printemps; à la fin du printemps, les aiguilles virent au jaune ou au brun et tombent sous l’effet des chaleurs estivales. En cas d’infestation grave, les arbres d’ornement ou les peuplements touchés peuvent être entièrement défoliés, et de nombreux arbres peuvent mourir. Les arbres partiellement défoliés accusent des pertes d’accroissement et présentent un dépérissement des branches. La décoloration et la chute d’aiguilles varient en fonction de l’ampleur des attaques et des conditions météorologiques.

En Colombie-Britannique, le puceron n’a apparemment que deux stades : nymphe et adulte. Comme chez la plupart des espèces de pucerons, les infestations se produisent de façon sporadique et sont difficiles à prévoir. Elles se déclarent cependant souvent à la suite d’un hiver doux. Sur l’épinette de Sitka, les populations de pucerons chutent brutalement entre la fin du printemps et novembre. De grandes colonies se forment en hiver et les individus qui les composent s’alimentent durant les périodes de temps doux. Par la suite, les basses températures, la surpopulation et le manque de nourriture contribuent à faire chuter les populations du ravageur.

En Europe, les femelles ailées et aptères produisent des larves durant toute l’année, même durant les périodes de temps doux en hiver. Dans les régions côtières de la Colombie-Britannique, seules les femelles aptères semblent se reproduire, et ce, seulement de la fin de l’hiver au printemps. La plus forte augmentation de population se produit entre la fin de l’hiver et le début du printemps, lorsque les nymphes se transforment en femelles aptères. L’apparition des femelles ailées coïncide avec la hausse des températures à la fin du printemps.

Publications du Service canadien des forêts

Puceron de l’épinette

Régime et comportement alimentaire

  • Phyllophage : Qui se nourrit du tissu de la feuille des végétaux.
    • Piqueur-suceur : Qui ne se nourrit pas des tissus, mais aspire les sucs des plantes par un appareil buccal spécialisé, ce qui occasionne des déformations aux plantes et peut causer la mort des parties affectées.
Informations sur les hôtes

Le puceron de l’épinette infeste indifféremment les épinettes indigènes ou introduites. L’épinette de Sitka (Picea sitchensis (Bong.) Carr.), l’épinette de Norvège (Picea abies (L.) Karst.), l’épinette du Colorado (Picea pungensEngelm.) et d’autres espèces d’épinettes sont attaquées dans les régions côtières de la côte du Pacifique, de l’Alaska à la Californie, à l’échelle de l’aire de l’épinette de Sitka. Rarement, le ravageur attaque également d’autres conifères comme des pins (Pinus spp.) et le Douglas taxifolié (Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco). Dans les peuplements d’épinette de Sitka, les infestations semblent restreintes aux régions côtières; aucune infestation n’a été signalée dans les régions intérieures.

Hôte(s) principal(aux)

Épinette blanche, Épinette de Sitka

Photos
  • Puceron de l’épinette
Date de modification :