Faux-gui de l'est

Faux-gui de l'est - Faux-gui
  • Nom latin : Arceuthobium pusillum Peck
  • Nom anglais : Eastern dwarf mistletoe
  • Division : Magnoliophyta
  • Classe : Santalales
Description

Micro-habitat(s)

Rameau, Branche

Distribution

De la Saskatchewan vers l'est

Dommages, symptômes et biologie

Le faux-gui provoque la production de masses de branches renflées et touffues, distordues et compactes, en forme de balai de sorcière. La formation de ce balai de sorcière stimule un écoulement de résine important pouvant atteindre jusqu’à trois mètres de diamètre. La plante produit une graine visqueuse et collante qui est éjectée avec force sur les arbres voisins où elle adhère et s’y fixe. Au printemps suivant, la graine germe et la plante produit un crampon en forme de suçoir qui pénètre dans l’écorce du rameau. La plante se nourrit alors des éléments nutritifs que l’arbre hôte produit. Deux ans après la germination, les pousses aériennes se forment et deviennent visibles. L’été suivant, la plante produit des fleurs, puis des graines et le cycle reprend. On peut distinguer les balais de sorcière causés par le faux-gui de ceux causés par la rouille Melampsorella caryophyllacearum par le fait que les premiers gardent leurs aiguilles alors que, ceux causés par la rouille, perdent leurs aiguilles.

Autres informations

Les plants mâles et femelles de Arceuthobium pussilum sont généralement présents sur des branches ou des arbres hôtes différents. La plante est un épiphyte, c’est-à-dire qu’elle vit en permanence sur des arbres et, de plus, elle est un parasite obligatoire.

Publications du Service canadien des forêts

Faux-gui de l'est

Informations sur les hôtes

Hôte(s) principal(aux)

Épinette blanche, Épinette noire, Épinette rouge, mélèze laricin

Photos
  • Faux-gui de l'est Faux-gui
  • Faux-gui de l'est Tiges du faux-gui
  • Faux-gui de l'est Balai de sorcière
Date de modification :