Puceron des pousses du sapin

Puceron des pousses du sapin - Pousse infestée par une colonie de pucerons avec sécrétion de miellat
  • Nom latin : Mindarus abietinus Koch
  • Nom anglais : Balsam twig aphid
  • Ordre : Homoptera
  • Famille : Aphididae
Description

Distribution

Partout au Canada

Micro-habitat(s)

Aiguille

Dommages, symptômes et biologie

Le dommage causé par le puceron des pousses du sapin est caractérisé par le recroquevillement des aiguilles et le rabougrissement de la pousse formant ainsi une pseudo-galle. L’abondante sécrétion de miellat produit par les colonies de pucerons sur les pousses favorise l’apparition secondaire d’un champignon, la fumagine, ce qui diminue davantage l’apparence esthétique des pousses infestées.

Les dommages légers, infligés tôt dans la saison par une colonie, peuvent disparaître avec la croissance éventuelle de la pousse. Par contre, les dommages sévères sont visibles durant quelques années, mais disparaissent avec la chute éventuelle du vieux feuillage affecté.

La sévérité des infestations du puceron peut varier d’une année à l’autre et d’un arbre à l’autre. Lors de fortes infestations en plantation, la croissance en hauteur de l’arbre et l’allongement des pousses annuelles peuvent être réduits de 10 à 30 %.

Le cycle vital comporte trois à quatre générations (cycle multivoltin) qui se succèdent d’avril à juillet. L’insecte hiberne au stade de l'oeuf et l’éclosion débute dès la mi-avril et se poursuit jusqu’à la mi-mai. Issue de l’oeuf, la jeune nymphe, appelée fondatrice, représente la première génération de la saison qui est uniquement constituée de femelles aptères. La fondatrice et sa progéniture forment une colonie qui croît rapidement en s’alimentant sur les aiguilles de la jeune pousse en croissance.

Les fondatrices adultes sont vivipares et donnent directement naissance à des nymphes qui deviendront, pour la plupart, des adultes ailés. Ces derniers, également femelles et vivipares, donnent aussi naissance à des nymphes qui deviendront des adultes sexués. Les mâles et les femelles issus de cette dernière génération sont aptères. Après l’accouplement, la femelle dépose un ou deux oeufs sur les pousses de l’année courante près de la base des aiguilles ou sur les bourgeons.

Cycle biologique (à l'est des Rocheuses)

Cycle biologique (à l'est des Rocheuses)
Stade/Mois J F M A M J J A S O N D
Oeuf
 
 
Nymphe
 
Adulte
 

Autres informations

Le puceron des pousses du sapin a une distribution holarctique, c’est-à-dire qu’elle s’étend à travers l’Europe et l’Amérique du Nord. Sur le continent nord-américain, on le retrouve dans toute l’aire de distribution du sapin depuis l'océan atlantique jusqu'à l'océan Pacifique. Signalé pour la première fois dans les années 30 dans l’est du Canada, ses populations montrent depuis ce temps des fluctuations importantes et irrégulières. Quelques infestations majeures ont déjà été recensées à l’intérieur de peuplements naturels au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse en 1966 et 1967, puis au Québec en 1972 et en 1978, alors que l’ensemble du territoire situé au sud du 50e parallèle fut infesté.

Le puceron des pousses du sapin est néanmoins un ravageur d’importance secondaire en peuplement naturel puisqu’il ne cause pas de mortalité d’arbre.

Les épidémies, généralement de courte durée, affectent plus spécifiquement les arbres d’ornement et de lisière ou ceux en pépinières ou en plantations. Dans les plantations d’arbres de Noël, le puceron a un impact économique important puisqu’il affecte la qualité esthétique des arbres cultivés.

Dans une gestion intégrée des plantations d’arbres de Noël, il est important de considérer l’âge de la plantation puisque les dommages esthétiques causés par le puceron ne sont visibles que pendant quelques années, étant donné la croissance rapide des jeunes sapins et la taille annuelle du feuillage qui est effectuée. Dans cette perspective, il n’apparaît pas nécessaire de traiter une plantation avant que les arbres ne soient à deux ou trois années de la maturité commerciale. Une telle pratique de gestion permettrait aux organismes utiles, spécialement les ennemis naturels du puceron, de s’établir et de se multiplier dans les plantations, limitant ainsi l’ampleur des infestations du puceron et le besoin de recourir aux insecticides.

Publications du Service canadien des forêts

Puceron des pousses du sapin

Régime et comportement alimentaire

  • Succivore : Qui se nourrit de la sève des végétaux.
    • Piqueur-suceur : Qui ne se nourrit pas des tissus, mais aspire les sucs des plantes par un appareil buccal spécialisé, ce qui occasionne des déformations aux plantes et peut causer la mort des parties affectées.
Informations sur les hôtes

Hôte(s) principal(aux)

Sapin baumier

Photos
  • Puceron des pousses du sapin Adulte
  • Puceron des pousses du sapin Pousse infestée par une colonie de pucerons avec sécrétion de miellat
  • Puceron des pousses du sapin Pousse infestée par une colonie de pucerons avec sécrétion de miellat
  • Puceron des pousses du sapin Oeuf sur un rameau, recouvert de batonnets de cire blanc argenté
  • Puceron des pousses du sapin Nymphe (vivipare stade 3)
  • Puceron des pousses du sapin Adulte femelle, vivipare ailée
  • Puceron des pousses du sapin Pousses annuelles de sapin affectées
  • Puceron des pousses du sapin Dommage caractéristique d'une pousse annuelle attaquée
  • Puceron des pousses du sapin Vivipare ailée au quatrième stade (dernier stade nymphal); bourgeons alaires présents
  • Puceron des pousses du sapin Dommage caractéristique montrant le recroquevillement des aiguilles
Date de modification :