Aphidés (pucerons)

  • Nom latin : Aphis sp.
  • Nom anglais : Aphids (plant lice)
  • Ordre : Homoptera
  • Famille : Aphididae
Description

Distribution

Partout au Canada

Micro-habitat(s)

Feuille, Racine, Rameau

Dommages, symptômes et biologie

Les dégâts causés aux essences d'ombre et aux arbustes ornementaux sont généralement les plus apparents. Les aphidés peuvent s'attaquer aux feuilles, aux rameaux, aux tiges ou aux racines et leur bec est conçu de manière à percer la plante et à sucer la sève.

Les aphidés s'attaquent à presque toutes les espèces de plantes. Les dégâts se manifestent d'abord par des décolorations tachetées jaunâtres qui apparaissent normalement sur le dessous des feuilles qui, par la suite, se dessèchent et meurent. Certaines espèces d'aphidés forment des galles ou provoquent l'enroulement ou la déformation des feuilles. Les galles sont des gonflements qui se développent sur les feuilles ou sur les tiges; elles sont généralement de forme globulaire ou en forme de fuseau et possèdent des ouvertures semblables à une bouche. Plusieurs galles deviennent brunes et sont considérées laides. Chaque galle ou déformation de feuille contient de nombreux aphidés à toutes les phases de leur développement. Les aphidés attachés à d'autres parties de la plante, telles que les tiges ou les rameaux, peuvent retarder la croissance, provoquer la chute rapide des feuilles ou la mort des rameaux. Ceci dit, les dommages des aphidés ne tuent que très rarement la plante.

Les aphidés sont de petits insectes au corps mou en forme de poire qui sont fréquemment trouvés en grande quantité. Leur corps peut être diaphane, mais peut revêtir plusieurs teintes de vert, de brun, de jaune ou de blanc; ils se confondent parfois avec la plante dont ils se nourrissent. Plusieurs espèces d'aphidés ont deux cornicules, soit des structures semblables à des tubes qui s'allongent à partir du dos et qui sécrètent un fluide défensif. Les types d'adultes peuvent être pourvus d'ailes ou non, tout dépendant de leur phase de développement durant la saison. Les formes ailées sont pourvues de quatre ailes transparentes qui reposent verticalement au-dessus du corps.

Le cycle biologique de plusieurs aphidés est en quelque sorte insolite et complexe. La plupart des espèces passent l'hiver dans la phase d'œuf sur la plante hôte; les œufs éclosent au printemps en de jeunes nymphes femelles (les fondatrices) et se reproduisent subséquemment sans accouplement (reproduction parthénogénétique), donnant naissance aux jeunes. Plusieurs générations d'aphidés peuvent se reproduire de cette façon durant l'été mais seules des femelles sont produites. La première ou les deux premières générations d'aphidés peuvent être dépourvues d'ailes, mais éventuellement une génération ailée peut être produite permettant ainsi la migration vers de nouvelles plantes. Vers la fin de l'été, une nouvelle génération d'aphidés peut retourner à la plante hôte originale pour produire à la fois des mâles et des femelles. Après l'accouplement, les femelles déposent les œufs sur la plante hôte pour la phase hivernale.

Durant l'été, des générations successives d'aphidés reproduites par parthénogénèse peuvent créer des explosions de population dans une période de temps relativement courte. Pour cette raison, les plantes devraient être inspectées fréquemment durant la saison végétative.

Autres informations

La plupart des espèces d'aphidés sécrètent un miellat de leur anus; cette substance sucrée et collante est constituée principalement d'excès de sève ingérés par l'insecte et contient des sucres et des déchets. Quelquefois, suffisamment de miellat peut être sécrété pour couvrir non seulement le feuillage infesté d'aphidés, mais aussi les objets sous l'arbre ou l'arbuste affecté. Après un certain temps, un champignon charbonneux noir poussant sur le miellat donne à tout ce qu'il recouvre un aspect gris sale. À cause de son goût sucré, le miellat attire d'autres insectes tels que les mouches, les guêpes et particulièrement les fourmis dont la présence peut être le premier signe visible d'une infestation d'aphidés (le miellat est la nourriture favorite de plusieurs fourmis, ce qui peut protéger les aphidés de la prédation). Certaines espèces d'aphidés servent d'agents pour des maladies de plante telles que les virus mosaïques.

Les aphidés ont de nombreux ennemis naturels tels que les guêpes parasitaires et les insectes prédateurs, incluant les phases larvaires et adultes des coccinelles, des hémérobes et des larves de certaines mouches syrphidés. Plusieurs espèces de petits oiseaux font des aphidés leurs proies. Alors que ces agents peuvent parfois être efficaces pour réduire les populations d'aphidés, leur action peut être trop lente pour prévenir les aphidés de causer des dommages alimentaires; d'autres mesures de contrôle plus directes doivent alors être envisagées.

On peut se départir des fortes infestations sur le feuillage ou d'autres parties de la plante par l'emploi répété de forts jets d'eau. Les feuilles, les rameaux et les tiges infestées peuvent être élagués et brûlés. Pour ce qui est des plantes poussant à l'intérieur dans des serres et des atriums, des méthodes de contrôle des ravageurs de nature biologique utilisant des prédateurs spécifiques aux aphidés peuvent être déployées.

Publications du Service canadien des forêts

Aphidés (pucerons)

Régime et comportement alimentaire

  • Succivore : Qui se nourrit de la sève des végétaux.
    • Piqueur-suceur : Qui ne se nourrit pas des tissus, mais aspire les sucs des plantes par un appareil buccal spécialisé, ce qui occasionne des déformations aux plantes et peut causer la mort des parties affectées.
    : Qui se nourrit de la sève des végétaux.
    • Galligène : Qui provoque la formation de galles et s'alimente des tissus de celles-ci.
Informations sur les hôtes

Presque toutes les espèces de plantes

Hôte(s) principal(aux)

Conifère, feuillus

Date de modification :